Découvrez les objets connectés indispensables cet hiver ! Les températures se rafraîchissent et annoncent déjà le retour de l’hiver. Alors plutôt que de passer toute la saison emmitouflé dans votre couette, découvrez les objets connectés indispensables qui vont vous permettre de passer un hiver bien au chaud !

 

Le lit qui vous tient chaud la nuit

Et si votre lit se chargeait de vous « chauffer la place » avant que vous n’y entriez ou bien vous réchauffait tout simplement pendant les nuits un peu trop fraîches ? C’est dans cette optique que la marque Eight a développé une gamme de lits connectés. Bardés de capteurs, ces lits intelligents mesurent l’activité pendant la nuit, les cycles de sommeil et l’état de santé de leur utilisateur via le suivi du rythme cardiaque ou de la respiration. En plus de prodiguer des conseils pour mieux dormir et prendre soin de soi, l’application permet donc de régler la température du lit depuis son smartphone. Et comme les lits Eight sont également compatibles avec les systèmes Smart Home comme Alexa d’Amazon, Nest ou encore Hue de Philips, vous pourrez même mettre en place des scénarios et allumer la lumière quand vous vous levez le matin ou encore lancer la machine à café.

La bouilloire pour avoir toujours de l’eau chaude

iKettle de Smarter est une bouilloire connectée grâce à laquelle vous aurez toujours de l’eau bien chaude à l’heure du thé. Commandable à distance depuis son application compagnon, cette bouilloire intelligente s’allume et vous permet en plus de faire bouillir de l’eau, de régler la température et même de programmer des heures pour avoir de l’eau chaude à disposition dès votre réveil !

Bouilloire connectée iKettle

 

Le potager qui permet d’avoir des plantes fraîches même l’hiver

L’hiver, pas toujours facile de trouver des plantes aromatiques ou des légumes bien frais pour cuisiner. Mais grâce à Lilo, vous pourrez exercer votre passion pour la cuisine toute l’année ! Ce potager d’intérieur qui utilise l’hydrophonie pour faire pousser aromates, plantes ou fleurs, régule ainsi la lumière, les nutriments et la quantité d’eau délivrés. Vous avez donc à disposition des plantes fraîches et sans pesticides toute l’année !

Potager Lilo

La station météo pour tout savoir du temps qu’il fait

Pour toujours connaître la température à l’extérieur de chez vous et ainsi choisir la tenue idéale pour affronter les conditions extérieures, vous pourrez compter sur la station météo Netatmo. Composée d’un module intérieur et extérieur, elle vous permettra également de mesurer la température, le niveau d’humidité et de CO2 chez vous et vous rappellera ainsi d’ouvrir les fenêtres pour conserver un environnement sain.

Station météo Netatmo

Un bonnet pour écouter de la musique et téléphoner bien au chaud

Avec le bonnet connecté d’Archos Music Beanie, vous pourrez désormais téléphoner ou écouter votre musique tout en gardant les oreilles bien au chaud. Doté d’un kit piéton à l’intérieur, vous pourrez utiliser votre téléphone via sa connexion Bluetooth.

Bonnet Archos Music Beanie

Les gants connectés pour contrôler votre smartphone : Go Glove

Dotés de la technologie AirTap, les gants Go Glove vont permettre à leur utilisateur de contrôler lecteur audio ainsi que la caméra de leur smartphone grâce à leurs doigts. Au bout de chaque doigt se trouve un capteur qui va reconnaître les positions des doigts pour les associer à une fonction via l’application compagnon. Avec ces super gants connectés, vous pourrez ainsi contrôler plus facilement votre musique, augmenter ou baisser le volume, changer de piste et contrôler toutes vos applications de streaming musicales pendant que vous skiez par exemple !

Lit, bonnet, gants, station, météo et potager, et vous quel est l’objet indispensable qui va vous aider à affronter l’hiver ?

Par FT

Mais pourquoi pleure-t-il encore ? A-t-il faim ? A-t-il trop chaud, trop froid ? Est-il malade ? La venue de bébé a beau être une immense joie, elle est aussi très souvent synonyme d’angoisse pour les jeunes parents qui ne savent pas toujours comment réagir face aux pleurs de leur nouveau né.

Mais heureusement pour eux, les marques d’objets connectés ne cessent de rivaliser d’imagination dans la création d’objets dédiés au bien être de bébé.Si Chaussettes, couches, ours en peluche mais aussi brosses à dents, biberons, fourchettes, les objets connectés ont à présent envahi le quotidien des parents et de leurs enfants. Alors quels sont les différents types d’objets connectés et que surveillent-ils ? Les objets connectés dédiés à la surveillance des nourrissons ont-il un réel intérêt ?

 

Les différents types d’objets connectés pour bébé

Les objets dédiés à la santé des bébés

Si les objets connectés pour enfants connaissent actuellement un boom, c’est en partie parce qu’ils se présentent comme des outils de prévention de la mort inattendue du nourrisson (MIN) et permettent de mesurer des données dans des domaines où les inquiétudes des parents sont extrêmement élevées, comme par exemple le poids, la température, le rythme cardiaque, les mouvements ou encore la respiration.

Si tous les pédiatres et spécialistes de la petite enfance s’accordent sur les bienfaits de l’allaitement, sa mise en place dans la durée n’est pas chose aisée pour de nombreuses mamans qui abandonnent assez rapidement par peur de ne pas avoir assez de lait ou de lait assez riche en nutriments, ou bien qui éprouvent des difficultés à utiliser un appareil permetant de tirer leur lait. C’est en partant de ce constat que de jeunes parents américains ont mis au point Naya, un tire lait connecté qui allié à un biberon lui aussi connecté permet de quantifier en termes de volume et de qualité le lait maternel. Le système d’aspiration à eau de Naya qui est différent de celui des tire lait traditionnels, permet de recueillir jusqu’à 25% de lait en plus. L’application compagnon comptabilise non seulement la quantité recueillie et la met en relation avec les besoins journaliers de bébé en graphique, mais délivre égalment des conseils pour améliorer la quantité de lait produite. La bouteille connectée Naya permet de son côté de rassurer les mamans en indiquant précisément la composition en nutriments de leur lait pour leur montrer que le lait maternel est suffisant pour aider bébé à bien grandir.

Biberon connecté Naya et application

La prise de poids est un indicateur de bonne santé chez le nourrisson et les jeunes parents y sont particulièrement attentifs. Mais les pesées réalisées à la maison ne sont pas toujours très fiables. Comment faire alors quand on a pas envie d’attendre la visite mensuelle chez son pédiatre ?

Grâce à la Smart Kid Scale de Withings, les parents vont pouvoir surveiller le poids de bébé jusqu’à ses huit ans et comparer sa courbe de croissance avec les courbes officielles pour s’assurer de sa bonne santé. La balance s’utilise de paire avec une appli Smartphone qui fonctionne un peu comme un carnet de santé numérique.

Balance Smart Kid Scale de Withings pour la surveillance de bébé

Smart Kid Scale de Withings

 

Nombreux sont les parents qui se réveillent en sursaut en plein milieu de la nuit pour aller contrôler la respiration ou la température de leur enfant. Avec le « Sproutling » les parents pourront désormais dormir sur leurs deux oreilles ! À placer autour de la cheville, ce brassard permet de mesurer le rythme cardiaque du bébé, sa température et de détecter ses mouvements. Il est également capable de fournir des informations sur l’environnement qui entoure le nourrisson comme la température de sa chambre, le taux d’humidité et le niveau de luminosité. Mais une fois ces informations récoltées à quoi vont-elles servir ? Eh bien, Sproutling pourra par exemple vous conseiller de baisser la température de la chambre ou bien de retarder l’heure du coucher de votre enfant pour l’aider à mieux dormir.

Sproutling

 

Sur le même principe, on trouve le body Mimola chaussette Owlet ou encore l’ours Tedi  qui permettent de mesurer les indicateurs vitaux de l’enfant en temps réel.

Enfin, grâce à la couche Smart Diapers qui analyse l’urine de l’enfant et détecte les infections urinaires, la déshydratation ou des problèmes rénaux, les parents éviteront bien de nombreux aller-retour chez le médecin.

 

Les objets dédiés à la surveillance du bébé

 

Oubliez votre vieux babyphone ringard, désormais la surveillance de votre enfant se fait via caméra infra rouge, détecteur de mouvements ou encore balise GPS.

 

Le Smart Baby Monitor de Withings est une caméra connectée qui permet de filmer et d’enregistrer bébé à tout moment de la journée, de prévenir les parents quand il se met à pleurer et de vérifier que les niveaux de température et d’humidité de sa chambre se trouvent à des niveaux corrects. Mais là où le Smart Baby Monitor se démarque des caméras de surveillance traditionnelles, c’est qu’il permet aux parents de parler à leur bébé via l’appli Smartphone (pour ceux qui n’ont vraiment pas envie de se relever en pleine nuit quand bébé a fait un cauchemar), de diffuser une lumière douce type veilleuse et de jouer des berceuses pour l’aider à se rendormir. Sur le même principe la caméra iBabi plus d’Amaryllo permet de surveiller bébé et d’interagir avec lui en lui parlant, l’aspect veilleuse et berceuse en moins.

Caméra de surveillance Smart Baby Monitor de Withings

Smart Baby Monitor 

 

A-t-on vraiment besoin d’un babyphone connecté pour nous prévenir que bébé pleure lorsqu’il se trouve dans la pièce à côté ? Pas sûr… Sauf quand on est pas en mesure de l’entendre. Et c’est là l’idée à la base du Smart Wristband de Moneual destiné aux parents malentendants. Ce babyphone est capable de détecter les pleurs de bébé et alerte les parents via un bracelet qui émet des vibrations et signaux lumineux.

Bracelet pour parents sourds pour surveiller bébé

Smart Wristband

 

Et plus les enfants grandissent, plus de nouveaux dangers peuvent apparaître. Pour les enfants capables de marcher et de se déplacer, les parents peuvent compter sur des trackers ou balises GPS pour pouvoir localiser leur enfant à tout moment. On peut citer par exemple, le bracelet Guardian de Beluvv qui permet de géolocaliser l’enfant sur un plan et même de délimiter un périmètre de sécurité.

 

Les enfants en âge de se rendre à l’école seuls pourront eux compter sur la balise Weenect ou la montre Kiwip qui en plus de leur fonction balise GPS font aussi office de téléphone et permettent de prévenir rapidement leurs parents en cas de problème.

Montre Kiwip

Montre Kiwip

 

Les objets gadgets pour bébé

 

Eh oui, les objets connectés destinés aux bébés sont légions et si certains ont un réel intérêt, d’autres, au contraire, ont un côté beaucoup plus gadget.

 

La couche TweetPee développée par Huggies vous signale quand la couche de votre enfant est mouillée et que vous devez la changer au cas où vous ne vous en seriez pas déjà rendu compte.

Couche TweetPee pour surveiller la couche de bébé

Couche TweetPee

 

Parce que tenir un biberon n’est pas à la portée du premier venu, Slow Control a mis au point Baby Gigl, un porte-biberon connecté qui indique aux jeunes mamans comment orienter le biberon pour éviter les diarrhées, coliques et reflux. L’application enregistre également le nombre de biberons ingurgités dans la journée ainsi que les quantités de lait bues.

Baby Gigl

 

La Smart Baby Pacifier de BlueMaestro est une tétine connectée qui permet de prendre la température de l’enfant en cas de fièvre et que vous pouvez faire sonner quand vous n’arrivez pas à mettre la main dessus. Un objet qui ne fonctionne que sur des enfants calmes qui acceptent de garder la tétine dans la bouche assez longtemps pour permettre la prise de température.

Tétine pour surveiller la température de bébé

Les avantages et inconvénients des objets connectés dédiés à la surveillance de bébé

 

Le principal intérêt de ces nouveaux objets est de pouvoir contrôler et surveiller à tout instant son enfant pour le protéger des accidents et plus spécifiquement de la mort inattendue du nourrisson (MIN).

Mais pouvoir surveiller le rythme cardiaque ou respiratoire de son enfant à tout instant a-t-il un réel intérêt ? Par exemple, la respiration du bébé n’est pas forcément régulière lors de ses différentes phases de sommeil, ces relevés auront donc tendance à inquiéter les parents dès lors que les mesures sortent des « normes ». Au lieu de les rassurer, ces objets pourraient donc bien au contraire décupler leurs angoisses. Ces objets, de plus, ne font que signaler « un problème médical » sans proposer de solution, ce qui les laisserait finalement les parents encore plus démunis.

 

Les balances connectées de leur côté ont un intérêt beaucoup plus grand, dans la mesure où elles fournissent des données plus fiables que les appareils précédents. Attention cependant à ne pas faire de fixation sur les courbes de croissance fournies par les applications car tous les enfants ne grandissent pas au même rythme et l’écart est encore plus grand entre les enfants nourris au biberon ou au sein.

 

En ce qui concerne les caméras de surveillance, leur unique intérêt serait de pouvoir parler et garder un œil sur son enfant lorsque que les parents sont au travail ou bien loin de leur domicile pendant quelques jours. Attention cependant à ne pas en abuser et d’utiliser son babyphone connecté comme un moyen d’espionner son enfant, conjoint ou babysitter.

Caméra de surveillance ébé ibabi d'Amaryllo

Caméra iBabi

Viennent ensuite les trackers ou balises GPS qui permettent de localiser rapidement son enfant. Là encore, ces objets ne doivent, ni servir à espionner l’enfant, qui a bien le droit de faire quelques détours en rentrant de l’école, ni à se substituer à la présence et surveillance d’un adulte.

Balise GPS Weenect Kids

Balise GPS Weenect Kids

Enfin, dans le cas des objets du type chaussettes, body ou jouets qui entrent en contact directement avec le nouveau né, certains parents préféreront appliquer le principe de précaution vis-à-vis des ondes et faire de la chambre de bébé une zone sans wifi ni Bluethooth.

 

Dans un monde de plus en plus connecté, les objets dédiés à la surveillance de bébé connaissent un véritable essor et suscitent de plus en plus d’intérêt chez de jeunes parents un peu anxieux. Si certains présentent effectivement un certain intérêt, d’autres sont au contraire à bannir dans la mesure où ils sont plus anxiogènes que rassurants. Le risque de ces nouveaux objets est également, pour les parents, de tomber dans l’hypercontrôle et de s’immiscer en permanence dans la vie de leur enfant pour surveiller ses moindres faits et gestes. Rappelons qu’il est important pour les parents, de souffler de temps en temps, et que le fait de laisser son enfant dormir seul dans sa chambre ne fera pas de vous un mauvais parent. Un environnement trop anxiogène pourra, de plus, avoir un impact néfaste sur le développement de bébé. Enfin, si les objets connectés peuvent parfois aider et rassurer les parents, ils ne doivent en aucun cas se substituer au bon sens car le parent reste et restera toujours le premier à détecter un quelconque problème chez son enfant.

 

Photo Credit: L’Teigneux via Compfight

 

Par FT


Le français Netatmo annonce un nouvel objet connecté : le Smart Smoke Alarm est un détecteur de fumée connecté destiné à veiller et prévenir d’éventuels accidents domestiques. Un pavé dans la marre de Nest, filiale de Google, dans l’Hexagone et au delà.

La startup française spécialisée dans le Smart Home, qui a récemment reçu un investissement important du géant Legrand, complète sa gamme d’objets connectés à destination de la maison.

Un détecteur de fumée connecté

Le Smart Smoke Alarm, est un détecteur de fumée connecté en WiFi et/ou en Bluetooth dont l’autonomie record est estimée à 10 ans selon le fabricant !

Cet accessoire pourra être contrôlé par l’intermédiaire de l’application HomeKit d’Apple, mais également grâce à des services d’interaction entre objets connectés, comme IFTTT.

Par exemple, en cas de détection d’un risque d’incendie, la Smart Smoke Alarm pourra émettre une alerte sonore de 85 dB tout en envoyant une notification au smartphone de l’utilisateur, mais aussi déclencher via HomeKit des alertes visuelles par l’intermédiaire de luminaires connectés.

De nombreux scénarios domotiques sont ainsi possibles.

Après avoir lancé un thermostat connecté concurrent de celui de Nest, puis des caméras de surveillance connectées pour l’intérieur et l’extérieur… Netatmo se positionne plus que jamais comme l’un des principaux concurrents de Nest, filiale du groupe Alphabet (et maison-mère de Google), dans le domaine des objets connectés.

Netatmo dans le Smart Home

Netatmo a aussi profiter du CES 2017 pour lever le voile sur une sirène d’alarme mais aussi sur les partenariats passés avec 2 grands fabricants français :

  • La solution Velux Active with Netatmo, système de contrôle de vos fenêtres de toit qui permet d’automatiser l’ouverture et la fermeture de volets en fonction des informations récupérées par un capteur Netatmo mesurant la luminosité, la température, le taux d’humidité et la qualité de l’air.
  • Céliane by Netatmo Netatmo, en partenariat avec Legrand qui dévoilait des interrupteurs connectés contrôlables par le biais d’un panneau de contrôle physique ou là encore, via HomeKit d’Apple.

Voici 10 technologies expérimentales ou futuristes qui pourraient considérablement changer le futur de la médecine moderne.

La santé connectée assistera à la fois médecins et patients dans la relation avec la maladie. Voici un récapitulatif visuel créé à partir de l’outil de présentations en ligne Bunkr :

1°) Capsules intelligentes : traitements dans la durée

Des capsules intelligents seront capables de diffuser la bonne quantité de médicaments et ce, durant plusieurs jours d’affilée.

2°) Une puce RFID implantée

Encore considérée comme une folie, l’implantation d’une puce RFID sous la peau de chaque patient pourrait permettre de proposer une fiche d’identité et un dossier médical personnel en temps réel.

3°) Un tatouage connecté

Moins traumatisant, certains préfèreront l’option du tatouage connecté, capable de servir de dispositif d’authentification pour déverrouiller son smartphone, recevoir un traitement particulier ou identifier le problème d’une personne victime d’une perte de conscience.

4°) Une dent connectée

Il n’y a pas que sous la peau qu’on peut placer des objets connectés. Le nombre d’interventions visant à implanter des prothèses dentaires étant en forte hausse, pourquoi ne pas en profiter pour s’équiper d’une dent connectée ? La micro-puce intégrée peut analyser la composition du sang et/ou de la salive pour diffuser des informations adéquates quant à la santé du porteur.

5°) Des lentilles connectées

Développées par le laboratoire Google [x] et confiées à Novartis en vue d’une mise sur le marché prochainement, les lentilles connectées intègrent les capteurs nécessaires à une mesure précise de la glycémie dans le liquide lacrymal. Les diabétiques pourraient bien rapidement pouvoir suivre leur glycémie en temps réel plutôt que de devoir se piquer le doigt régulièrement dans la journée…

 

6°) Un contraceptif électronique

La fondation de Bill Gates finance un projet du MIT de Boston, sur une micro-puce contraceptive. implantée sous la peau (sous le bras ou au niveau de l’aine), elle pourrait permettre aux femmes de disposer d’un moyen contraceptif efficace et quasiment gratuit sans risques d’erreur.

7°) La poussière intelligente

C’est une des nouvelles marottes de l’IoT : la poussière intelligente (smart-dust en anglais). Plusieurs groupes de chercheurs pensant en effet être en mesure de mettre au point des particules composées de micro-ordinateurs avec antennes (de la taille d’un grain de sable) capables de s’organiser pour combattre conjointement une maladie déterminée. Certaines de ces poussières pourraient par exemple viser certaines formes de cancer.

 

8°) L’impression 3D de tissus

En imprimant des organes en 3D à base de tissus humains, on pourra peut-être réparer ou remplacer des organes déficients ou endommagés à la suite d’un accident. Autodesk a dans cet optique lancé un logiciel baptisé Within Medical, dédié au design génératif.

9°) Une gélule connectée pour thermomètre

Plusieurs sociétés pensent avoir trouvé un moyen plus précis de suivre la température des malades qu’actuellement. Dans le cadre d’une opération chirurgicale, cette indication est un élément clé d’information pour suivre la santé du patient. Une gélule connectée, avalée avant l’intervention, pourrait ainsi aider les médecins à suivre la courbe de température de leurs patients.

 

10°) Une capsule contre l’obésité

D’autres chercheurs se sont associés à des ingénieurs pour concevoir une capsule, capable de diffuser progressivement dans le temps des enzymes. Chargés de simuler l’état de satiété chez l’adulte, cette capsule pourrait aider le traitement de l’obésité en trompant le corps par l’arrêt de la sensation de faim qui perturbe les obèses.


Les objets connectés et savoir-faire en Big Data sont sur le point de transformer la médecine telle que nous la connaissons. Analyse de l’écosystème qui pourrait bien assurer votre santé d’ici 2030.

Un patient toujours plus connecté

Les analyses sont formelles, les objets connectés vont se multiplier : ils seront, selon les prédictions, 25 milliards (Gartner), 50 milliards (Cisco & Ericsson), ou même 75 milliards (Morgan Stanley) à accompagner notre quotidien dès 2020.

Dans son rapport “Disruptive Technologies”, le cabinet de conseil McKinsey envisage que le secteur de la santé représentera entre 1/3 et la moitié de l’impact économique mondial des objets connectés en 2025. Les objets connectés vont mesurer nos données bien-être et santé pour évaluer notre santé et nous faire des diagnostics personnalisés. A l’hôpital ou chez nous, nous allons tous devenir des patients connectés.  Voici par exemple, quelques objets connectés à la frontière entre la santé connectée, le Quantified Self et le bien-être, qui promettent d’accompagner nos vies :

  • Un bracelet connecté Google destiné aux médecins leur permettant de suivre l’état de santé de leurs patients via la mesure en temps réel du rythme cardiaque et d’autres constantes.
  • Un robot chirurgical développé par Google et le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson proposant aux chirurgiens des outils moins invasifs et plus précis.
  • Le bouton intelligent Pill’up qui se colle sur les boîtes de médicaments pour rappeler aux patients de prendre leur traitement.
  • Bitbrick band, un bracelet pour gérer votre santé par la mesure de votre activité physique (nombre de pas, distance parcourue, calories brûlées, définition d’objectifs à réaliser et aides pour y arriver…). Toute montre connectée ou bracelet connecté propose les mêmes services.
  • Arki, un bracelet pour adopter une bonne posture en marchant ou encore GoBe, un bracelet connecté qui mesure les calories ingérées.
  • Quell, un appareil qui se place sous le genou et stimule le système nerveux afin de soulager les douleurs chroniques.
  • BitBite, un tracker qui se place dans l’oreille et analyse les habitudes nutritionnelles de l’utilisateur afin de l’aider à manger mieux jour après jour.
  • Power Toothbrush d’Oral-B ou Kolibree, des brosses à dents connectées pour améliorer la qualité de son brossage de dents.
  • NeuroOn, un masque de sommeil connecté en Bluetooth au smartphone de son utilisateur, permettant de mesurer le sommeil pour dormir enfin plus efficacement.
  • AuxiVia, un verre connecté pour prévenir la déshydratation des personnes âgées en milieu médicalisé ou encore BluFit, une bouteille d’eau connectée pour le sport permettant de mesurer la quantité d’eau que vous consommez afin de s’assurer que vous êtes bien hydraté.
  • Smart Body Analyzer, la balance connectée de Withings et son coach fitness.
  • iOximeter, un oxymètre connecté pour mesurer votre pouls ainsi que la saturation de votre sang en oxygène.
  • GlowCaps, un flacon de médicament qui vérifie que le malade (souvent une personne âgée ou handicapée) prend bien ses médicaments.
  • Imedipac de Medissimo, un pilulier connecté français concurrent du Do-Pill SecuR et du Medsecure Sivan, qui permet de suivre la prise de traitement d’un malade à distance.
  • Le scanner PERES qui permet d’analyser la qualité de chacun de ses aliments et leurs propriétés nutritives.
  • Hapifork, une fourchette connectée pour aider chacun d’entre nous à mieux manger en mastiquant comme il le faut.
  • Wello, une coque pour smartphone permettant de mesurer son rythme cardiaque, sa pression sanguine ainsi que le taux d’oxygène dans le sang et sa température par un procédé unique.
  • Scanadu, un petit scanner qui permet de faire un bilan de santé rapide et en toute autonomie.
  • Pacifi, la tétine connectée ou Owlet, un capteur connecté à fixer au pieds des bébés pour surveiller leurs constantes vitales.
  • My Spiroo, un mini-débitmètre à connecter à un iPhone pour mesurer la capacité pulmonaire des enfants atteints d’asthme chronique ou déclenché par l’effort.
  • LumoBack, une ceinture connectée qui analyse la position de votre dos en temps réel pour rectifier les postures susceptibles de générer des douleurs chroniques à long-terme.

 

Le docteur Big Data : premier intermédiaire santé

Chaque objet connecté mesure des données santé pour proposer un service de coaching santé ou bien-être en donnant un aperçu des données mesurées accompagné de conseils personnalisés. Aujourd’hui, chaque gadget connecté rend compte des données mesurées sans mixer les données avec les autres objets connectés de son propriétaire. Ainsi, un objet connecté vous permettra de mesurer votre tension, un autre d’évaluer le brossage de dents, un troisième la qualité de votre sommeil. Chacun vous apportera des informations utiles, sans que le diagnostic ne soit complet et ne prenne en compte votre état de santé dans sa globalité.

Avec la standardisation des technologies de l’internet des objets, les objets connectés deviendront interopérables et seront capables de mixer les données mesurées. En 2030, vous aurez une plateforme web avec l’ensemble des données santé/bien-être mesurées sur votre personne. Là intervient le Docteur Big Data : par des algorithmes de Data Mining (en mixant les données et repérant des similitudes et patterns), la technologie saura vous prévenir lorsque vous avez une probabilité élevée de tomber malade :

Vous habitez à Toulouse où circule une épidémie de grippe. Votre température est montée de manière anormale ces deux dernières heures et vous avez moins mangé que la normale lors de ce repas de midi. De plus votre souffle est anormalement faible. Vous avez une probabilité élevée (>95%) d’avoir attrapé la grippe. Nous vous conseillons les médicaments suivants…

L’auto-médication pourra ensuite permettre de valider ou non les prédictions de notre docteur Big Data : par des prises de salive par exemple, vous pourrez vous auto-diagnostiquer avant d’avoir recours au traitement adapté.

 

Votre médecin référent : un professionnel santé qui sait lire et interpréter vos données santé

Les algorithmes Big Data et l’auto-médication promettent ainsi d’assurer notre suivi santé. Avance-t-on vers une ubérisation des médecins ? Aura-t-on besoin de médecins lorsque la technologie nous permettra de suivre notre santé ? Je pense que oui, sans aucun doute, et pour plusieurs raisons. D’abord, il faudra un certain temps avant que les technologies de l’internet des objets soient  suffisamment standardisées et fiables pour être acceptées par les entités de régularisation et par les patients. Ensuite, le contact humain et la confiance que l’on accorde à son docteur jouent des rôles importants dans le rétablissement ; pourra-t-on trouver un équivalent dans la technologie à venir ? Enfin, de nombreuses personnes préféreront fournir leurs données à leur médecin plutôt qu’à une plateforme technologique.

Même s’il ne sera pas en danger, le métier de médecin pourra être amené à évoluer avec les technologies. Aujourd’hui, il base son jugement sur un constat sur son patient à l’instant où ce dernier lui rend visite. Demain, il devra s’adapter aux technologies qui mesurent l’état de santé du patient jour après jour pour faire son jugement.

Bénéfices et risques d’une telle médecine

Selon une étude du cabinet d’études suisse Soreon Research publiée en Octobre 2014, les objets connectés Wearables pourraient sauver la vie de près d’1,3 million de personnes d’ici à 2020. Les objets connectés qui contribueront à sauver le plus de personnesenviron 700.000 vies épargnées– sont les accessoires utilisés dans l’enceinte même des hôpitaux, afin de surveiller l’état de santé des malades et l’évolution de leurs pathologies. Dans son rapport, Soreon affirme que :

“Les appareils portatifs intelligents, qui captent des informations issues du corps humain via des capteurs, sont une innovation industrielle sans précédent. Ils constituent une opportunité majeure de transformer le système de santé”

Malgré les bénéfices clairement énoncés, de nombreux risques persistent. Accepterons-nous de céder nos données à une entité technologique qui nous dépasse ? Accepterons-nous de croire à un algorithme pour déterminer nos habitudes de vie et guider ce que l’on a de plus précieux, notre santé ? Réponse dans les décennies à venir.

Et vous, comment pensez-vous que sera la médecine d’ici 15 ans ? Réagissez et exprimez votre opinion sur le sujet.


Nous avons testé Canary, premier objet connecté de la startup éponyme : une caméra de surveillance tout-en-un, commercialisée en France depuis le mois de Juin 2016.

Basée à New-York, la startup Canary lance sa caméra de sécurité tout-en-un dans l’Hexagone. Elle espère se faire une place parmi les objets connectés des français en tirant parti de son expérience utilisateur étudiée : un boîtier unique, simple d’installation et à l’utilisation.

Plus qu’une simple caméra IP, Canary –dont le produit éponyme est son premier objet connecté– promet un système de sécurité tout-en-un.

Vendue 219€, la caméra de surveillance Canary est capable de filmer en HD-1080p avec objectif grand-angle de 147° et dispose d’un mode vision nocturne automatique, ainsi que d’un micro et d’une sirène intégrée (90 dB).

La caméra Canary est disponible en 3 coloris : blanc, noir (ci-dessus) et gris.

Plébiscité aux États-Unis depuis le succès de sa campagne de crowdfunding sur Indiegogo en 2014, le fabricant ici aussi se frotter à une concurrence pléthorique, avec :

Depuis le 14 Juin, l’alarme connectée de Canary est commercialisé en France, l’occasion pour nous de partager le test détaillé sur ce produit.

Présentation de Canary

Canary est une box, équipée de plusieurs capteurs, permettant la surveillance d’un foyer à distance depuis un smartphone iOS ou Android. Équipé d’une caméra HD  1080p, Canary vous permet d’avoir accès directement sur votre mobile des flux vidéo depuis votre maison en direct.

canary-camera-black-3

Selon le mode de fonctionnement choisi, Canary vous notifie des mouvements chez vous et, en cas d’intrusion indésirable, vous propose de déclencher une sirène (intégrée dans le produit), ou d’appeler la police.

Canary vous permet également de suivre les courbes de température, d’humidité ou de qualité de l’air chez vous grâce à des capteurs intégrés.

Déballage & configuration

A la réception, Le packaging inclut la box Canary, un chargeur micro-USB, une double prise Jack, deux autocollants « Protected by canary » (pour avertir que vous possédez le Canary et dissuader les cambrioleurs), ainsi qu’une notice. Cette dernière pousse à télécharger l’application Canary.
Une fois téléchargée, l’application demande de brancher la box Canary à une source d’alimentation, puis de renseigner la localisation du Canary dans votre maison. Cette dernière fonctionnalité permettra ensuite de gérer le mode de surveillance multi-caméras (dans le cas d’un achat de plusieurs boitiers Canary). Il est également possible de personnaliser la localisation du Canary en choisissant vous-même un nom de salle.

L’application demande alors l’autorisation d’accéder à la géolocalisation du smartphone utilisateur, puis de jumeler l’appareil, soit en Bluetooth, soit grâce au câble Jack. Si vous choisissez l’option Bluetooth (pensez à vérifier que Canary dispose de la fonctionnalité adéquate), n’oubliez pas d’appuyer sur le bouton sur le haut de votre boitier Canary afin d’activer le Bluetooth du côté de votre boitier.

Si vous choisissez de jumeler l’appareil via le câble Jack, l’application Canary vous proposera de connecter la caméra soit en ethernet, soit en Wi-Fi.

Dans le dernier cas, il vous faudra connecter votre smartphone au réseau correspondant puis brancher le câble Jack reliant le smartphone au boitier. Les autorisations suivantes vous seront demandées par l’application : enregistrer du contenu audio, accéder à des fichiers multimédias sur votre appareil.

appairage canary

La première connexion ayant échoué lors du test, nous sommes allés sur la section « aide »… qui ne s’est pas avérée très utile (voir photo ci-dessus). Après une seconde tentative et de longues minutes d’attente lors de la connexion (sans un pourcentage ou une barre d’avancement claire), tout semblait enfin marcher ! L’application lance alors automatiquement la mise à jour du boitier Canary avant d’être utilisable.

A l’issue de cette mise à jour, l’application propose un tutoriel pour apprendre à utiliser l’application et à interagir avec l’objet. L’utilisateur est alors invité à parcourir les différentes fonctionnalités de l’application (accès au flux vidéo en direct, aux courbes de températures, d’humidité…).

Fonctionnement

Canary se présente comme une box cylindrique de 15cm de hauteur et de 4cm de rayon, pour un poids de 400g.

Au sein de l’appareil, on retrouve une caméra HD 1080p infrarouge (pour filmer dans le noir) capable de filmer sur un angle de 147°, un détecteur de mouvement, un thermomètre, un capteur de qualité d’air, un capteur d’humidité, un microphone et une alarme (des enceintes 90+ dB).

L’appareil se connecte à internet via un câble Ethernet ou bien via une connexion Wi-Fi (2.4 GHz).

revue-app-canary

Canary : A l’Usage

1- Accès au direct

Lors de l’ouverture de l’application, l’utilisateur accède au flux vidéo capturé en direct par la caméra. A noter que 5 à 10 secondes séparent la capture de la vidéo et l’affichage du flux vidéo sur l’application.

Malgré ces quelques secondes, nous parlerons tout de même de « vidéo en direct » dans cet article.

Depuis l’application, l’utilisateur peut déclencher l’alarme ou composer directement des numéros d’urgence. Par défaut selon votre position géographique, Canary pré-enregistre les numéros adéquats (police, SAMU, pompiers).

Dans notre propre cas : l’alarme Canary est géolocalisée au métro Victor Hugo et a préconfiguré le numéro de la police de Clichy. Dans la pièce de test, les 90 dB paraissaient suffisants pour dissuader d’éventuels cambrioleurs de poursuivre l’intrusion.

2- Accès aux données environnementales

Depuis le flux vidéo, l’utilisateur peut accéder au suivi des données d’environnement de sa maison. Il a accès aux courbes de température, humidité et qualité de l’air. Il peut également paramétrer l’application en configurant des « valeurs guides » pour recevoir des notifications lorsque la température, le taux d’humidité ou la qualité de l’air sont anormaux.

L’accès à la température intérieure en temps réel informe l’utilisateur des derniers pics de chaleur ou des chutes de température afin de l’aider à mieux gérer sa consommation d’énergie. L’humidité mesure la quantité de vapeur présente dans l’air.

Canary évalue également la qualité de l’air du domicile, la qualité de polluants qui s’y trouvent et indique si elle dépasse ou respecte les normes spécifiques de l’environnement. Canary détecte les variations de la qualité de l’air causées par les polluants suivants : isobutane, hydrogène, méthane, éthanol, monoxyde de carbone.

canary

3- Historique des activités détectées

En cliquant sur le bouton « Afficher l’historique », en bas de l’écran d’accueil, l’utilisateur peut accéder aux séquences vidéo durant lesquelles Canary a détecté un mouvement.

Pour les vidéos capturées dans cette section, l’utilisateur peut les partager sur les réseaux sociaux, ajouter une étiquette (pour facilement retrouver les vidéos selon le thème indiqué), ou ajouter la vidéo dans la section des favoris. Regroupées dans cette section, les vidéos seront accessibles plus facilement.

L’utilisateur a également la possibilité d’ajouter un commentaire sur chacune des vidéos de l’historique (bien que cette fonctionnalité ne nous paraisse que peu utile)

4- Changement de modes

Canari possède 3 modes : absent, à la maison, nuit.

  • En mode absent, l’utilisateur reçoit des notifications et peut visualiser les vidéos en cas de détection de mouvement
  • Lorsque l’utilisateur est à la maison, Canary peut être en mode actif ou privé. En mode privé, la caméra et le micro sont totalement éteints tandis qu’ils restent activés en mode actif. L’utilisateur ne reçoit pas de notification mais peut tout de même accéder aux vidéos en cas de mouvement détecté.
  • Le mode nuit permet à Canary de détecter les mouvements lorsque l’utilisateur dort.

Canary peut basculer automatiquement entre les modes Absent et à la maison en détectant lorsque les membres de la famille quittent le domicile.

Il n’est pas clairement expliqué comment ce basculement automatique s’effectue. Probablement grâce à la position GPS du smartphone utilisateur, couplé à sa connexion Wi-Fi.

5- Ajouter des membres

Depuis l’application, les utilisateurs ont la possibilité d’ajouter d’autres membres pour un même Canary. Ces derniers recevront par mail une invitation de partage et pourront accéder à toutes les données et fonctionnalités de l’application. Chaque membre peut se configurer un profil sur l’application avec une photo, un identifiant couplé à une adresse e-mail et un numéro de téléphone.

6- Ajouter un autre Canary

L’application Canary offre la possibilité de connecter jusqu’à 4 appareils Canary pour un même domicile.

Cette fonctionnalité est utile puisqu’elle permet de centraliser sur une même application la surveillance (vidéo, température, qualité de l’air…) de différentes pièces de son domicile.

En revanche, cette option n’apparait ni économiquement ni esthétiquement très intéressante (il faut acheter un boitier pour chaque pièce surveillée, chacun avec le même design).

canary-camera-black-2

7- Changer les paramètres

Depuis le menu de l’application, l’utilisateur a la possibilité de changer ses paramètres, notamment de changer d’offre (voir section « quel prix » ci-dessous).

Cette section offre également la possibilité de configurer les notifications, notamment la sensibilité des notifications lors de la détection de mouvement.

Prix & disponibilité

L’alarme Canary est proposée au prix de 219€, associée à un stockage cloud des images captées. L’offre de base offre la possibilité d’accéder à 12h d’historique de vidéos, d’inclure 5 vidéos dans la section des favoris et de télécharger 3 vidéos.

L’accès à cette offre (sans abonnement mensuel) est fortement apprécié puisqu’elle se démarque d’un grand nombre de services de sécurité pour lesquels un abonnement mensuel doit être payé. Ici, seul le coût du hardware à l’achat est à prendre en compte par l’utilisateur.

Les autres offres prennent la forme d’un abonnement annuel ou mensuel, augmentant les possibilités d’historique vidéo, de téléchargement de vidéos et du nombre de vidéos positionnées dans la section des favoris.

Pour ces offres, les prix s’échelonnent de 4,99€ à 29,99€ par mois.

prix-canary

Notre Avis

Le positionnement de Canary est intéressant. En entrant sur le marché de la maison connecté par la sécurité (par une offre de base sans abonnement mensuel), Canary propose également un suivi bien-être de sa maison.

Bien que cette seconde fonctionnalité ne soit pas celle qui guide l’achat, c’est celle qui pousse à utiliser l’application au quotidien.

En effet, après quelques semaines d’utilisation, l’accès aux vidéos ne se fait que lorsqu’un mouvement est détecté et que l’on est pas chez soi (peu souvent donc), tandis que l’on s’habitue bien vite à surveiller soi-même les courbes de température, qualité de l’air et humidité.

Le produit tout comme l’application sont à l’usage très intuitifs. Seul point d’ombre : l’application ne s’utilise qu’en mode portait (sauf pour le visionnage de vidéos)


Vous venez de vous offrir le tout nouveau S7 de Samsung et ne savez pas encore quoi faire de votre vieux mobile ? Pourquoi ne pas le recycler et lui offrir une seconde vie ? Faites le plein d’idées pour recycler votre bon vieux Smartphone de façon originale !

Recycler son Smartphone en GPS

Vous aimeriez partir plus souvent en road trip sans vous ruiner dans l’achat d’un GPS ? Saviez-vous que même sans carte SIM et donc sans connexion data, votre mobile peut vous servir de GPS dans la voiture ? Il existe effectivement de nombreuses applications gratuites qui vous permettront d’utiliser votre Smartphone en GPS en mode hors ligne. C’est le cas par exemple, de l’appli Here Maps, qui vous permettra de télécharger les cartes de plus de 100 pays sur votre téléphone et vous guidera tranquillement lors de votre voyage grâce à la navigation vocale. Côté investissement, il vous faudra tout de même penser à l’achat d’un support pour votre téléphone à fixer sur la grille d’aération de votre carrosse.

Recycler son smartphone en GPS

Transformer son téléphone en télécommande

Votre chien a mangé votre télécommande et vous ne pouvez plus utiliser votre lecteur DVD ? C’est le moment de sortir votre vieux téléphone du tiroir dans lequel il prenait la poussière. Avec IR Remote Control, vous allez ainsi pouvoir transformer n’importe quel mobile équipé d’un port infra rouge en une télécommande universelle.

Recycler son smartphone en télécommande

Si vous êtes équipé d’ampoules contrôlables à distance du type Playbulb vous pourrez utiliser votre mobile comme télécommande de votre installation lumineuse en le laissant à disposition de tous vos invités.

Contrôler Playbulb avec vieux smartphone

Le transformer en modem

Des problèmes de connexion wi-fi sur votre PC ? Pourquoi ne pas tout simplement utiliser votre Smartphone en modem pour pouvoir accéder au web ?

Si c’est votre connexion wi-fi qui vient de vous lâcher, votre téléphone pourra aussi vous servir de modem grâce au partage de connectivité 3G ou 4G, à condition cependant, de l’équiper d’une carte SIM.

Recycler son Smartphone ou sa tablette en livre de recette

Si vous aimez cuisiner, vous pourrez utiliser votre vieux téléphone comme livre de recettes en téléchargeant gratuitement une application de cuisine comme par exemple, l’excellent Marmiton. Si vous ne craignez pas d’abîmer votre téléphone en le manipulant avec les mains pleines de farine, vous pourrez songer à vous offrir un support de cuisine, ce qui rend tout de même la lecture des recettes bien plus pratique.

Support tablette pour cuisiner

Faire de son Smartphone un super cadre photo numérique

Parce que vous êtes un féru de photographie et que vous souhaiteriez faire profiter vos invités de vos nombreuses œuvres artistiques, vous pourrez utiliser votre ancien téléphone, à condition que son écran soit bien entendu impeccable, comme cadre photo numérique grâce à l’appli Dayframe.

Recycler son mobile en caméra de surveillance

Si lors de vos dernières vacances, vos collègues de bureau en ont profité pour mettre de la colle sur votre siège, inverser les touches de votre clavier, changer votre fond d’écran ou poster des messages gênants depuis votre compte Facebook, vous pourrez cette année, surveiller votre bureau à distance, en transformant votre ancien mobile en caméra de surveillance grâce à DroidCam. Droid Cam vous permettra effectivement de voir ce qu’il se passe en temps réel à votre bureau depuis un autre mobile, une tablette ou un ordinateur.

En faire une mini console de jeu

Vos enfants vous réclament sans cesse une console de jeu ? Faites de votre ancien Smartphone une mini console de jeux, en investissant simplement, dans une manette de jeu du type Phonejoy. Sur le store vous trouverez ainsi de nombreux gratuits ou payants compatibles avec votre manette.

Manette phonejoy pour recycler son smartphone en console

Le transformer en ordinateur PC

Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un Lumia 950 ou 950 XL, vous pourrez l’utiliser comme PC grâce à la station d’accueil Microsoft Display Dock sur laquelle vous brancherez votre écran, souris et clavier. Beaucoup moins encombrant qu’un ordinateur portable et disposant des mêmes fonctionnalités que votre PC, puisqu’il tourne sous Windows 10, votre ancien Lumia sera idéal si lors de vos déplacements vous ne pouvez vous passer de vos présentations PowerPoint.

Nokia Lumia 950 recyclé en pc

GPS, modem, livre de cuisine ou console de jeu, votre vieux téléphone a encore de beaux jours devant lui ! Et vous en quoi allez-vous recycler votre mobile ?


Retour vers le futur, Terminator, Minority Report ou encore Ironman, nombreux sont les films de science-fiction qui nous ont fait fantasmer et dont on aurait adorer retrouver les génialissimes inventions dans la vraie vie. Heureusement pour nous, les inventeurs d’objets connectés ont devancé nos rêves les plus fous en essayant de recréer les technologies issues de nos films préférés ! Chaussures à laçage automatique, hoverboard ou encore traducteur universel, découvrez tous ces objets de science-fiction devenus réalité.

La montre connectée avec écran de Dick Tracy

Créé en 1931, Dick Tracy est un personnage de bande dessinée qui détient de nombreux gadgets pour l’épauler dans son travail de détective, comme par exemple une montre radio. Sony, Samsung, MyKronoz, Huawei, les montres connectées sont bel et bien une réalité et certaines d’entre elles permettent même de passer des appels vidéos depuis le poignet comme le modèle LG lancé en 2009.

Les Nike à laçage automatique de Marty McFly dans Retour vers le Futur

Vous rappelez-vous des Nike auto-laçantes que Marty portait dans le deuxième volet de Retour vers le Futur en 1989 ? Ces chaussures hors du commun sont désormais bien réelles. Il ne s’agit pas bien entendu de la première version lancée par Nike en 2011 à lacer soi-même, mais des Nike Air Mag 2016, dont la sortie est imminente, et qui se lacent, elles, toutes seules. Petit bémol, les chaussures de Marty seront fabriquées en édition limitée et vendues aux enchères aux Etats-Unis uniquement. Tous les profits seront, comme cela a été le cas pour la version 2011, reversés à la fondation de Michael J. Fox pour la recherche sur la maladie de Parkinson dont il est lui-même atteint.

Nike Air Mag 2016

En attendant, que les Air Mag soient disponibles en magasin, vous pourrez toujours vous rabattre sur une paire d’HyperAdapt 1.0 qui bénéficient elles-aussi de la technologie d’auto-laçage.

Le Hoverboard de Marty toujours dans Retour vers le Futur

Objet à nouveau issu de Retour vers le Futur (qui est il faut bien l’avouer, la meilleure trilogie de tous les temps), le Hoverboard est une réalité. Et attention, on ne vous parle pas de smartboard, c’est à dire de skateboard électrique, mais bien de hoverboard c’est à dire de skate volant. Il s’agit du Arcaboard, développé par société américaine Arca Space Corporation. Cet engin rectangulaire est doté de 36 moteurs d’une puissance totale de 272 chevaux et permet à son utilisateur de se déplacer pendant 6 minutes à 30 cm du sol à une vitesse de 20km/h. Fonctionnant comme un gyropode, ce hoverboard géant se dirige grâce aux mouvements du corps : on se penche en avant pour avancer et en arrière pour s’arrêter. Si quelques progrès restent encore à faire quant à l’encombrement de l’engin, sachez que pour réaliser votre rêve et vous prendre pour Marty McFly, il vous faudra seulement débourser la somme de 14 000 dollars.

Le traducteur universel dans Star-Trek

Qui n’a jamais rêvé, parmi les fans de la série, d’avoir un appareil semblable pour faciliter la communication entre humains… Le traducteur universel ou Phraselator existe cependant depuis quelques années déjà et a été créé à l’initiative de l’armée américaine pour fournir un support tactique et humanitaire rapide et efficace. Si son design ne fait pas franchement rêver, d’autres entreprises travaillent sur des traducteurs pour le public. C’est le cas par exemple de la start-up New-Yorkaise Waverly Labs qui a conçu une oreillette capable de traduire en temps réel. Cependant, contrairement au modèle utilisé à bord de l’Enterprise NX-01, cette oreillette n’est cependant pas en mesure de traduire les langages extraterrestres !

Traducteur universel Waverly Labs

L’écran tactile géant de Précrime dans Minority Report

Dans Minority Report, Tom Cruise, qui campe le rôle d’un membre d’une organisation gouvernementale, Précrime, en charge d’arrêter les criminels avant qu’ils ne commettent leur méfait, pourchasse ces derniers à l’aide d’un super ordinateur dont il peut manipuler les données simplement avec ses mains. Cette technologie créée spécialement pour le film par l’entreprise Oblong Industries en 2002, est disponible depuis 2012. A ce jour, une douzaine d’entreprises dans le monde, dont la NASA et IBM, utilisent le système de travail interactif « Mezzanine » qui permet de manipuler des données sur des écrans à l’aide de gants ou d’une télécommande. Le système permet également d’inclure des participants en dehors de la pièce via chat vidéo. Et si voulez équiper votre salon de la technologie Mezzanine pour jouer à Tom Cruise, sachez qu’il vous faudra tout de même débourser la somme de 250 000 dollars.

Tehcnologie Mezzanine

Le casque holographique de Schwarzenegger dans Terminator

Dans Terminator, le robot qui traque Sarah Connor sans relâche s’appuie sur une technologie qui lui permet de voir des images holographiques se superposer dans son environnement. C’est exactement ce que fait le casque HoloLens créé par Microsoft. Complètement autonome, le casque qui tourne sous Windows 10, embarque une unité de traitement holographique et ne nécessite aucun smartphone pour fonctionner. Il se contrôle de plus, grâce à la voix et aux gestes. HoloLens pourrait, dans le futur, simplifier les domaines de la recherche, de l’ingénierie ou encore du design. Pour l’instant, seuls les développeurs en provenance des Etats-Unis et du Canada peuvent se procurer ce super casque pour 3000 dollars.

L’armure de Tony Stark dans Iron Man

Iron Man doit sa force et ses supers capacités physiques grâce à l’armure qu’il porte. En 2018, les soldats américains pourront se prendre pour Iron Man grâce à l’armure TALOS (Tactictal Assault Light Operator Suit). Cette armure exceptionnelle est un exosquelette, qui procurera à son porteur une force digne d’un super héro est dotée d’un maillage nanotechnologique souple capable de se durcir instantanément pour le protéger des balles. Connecter cette armure permettra également de connaître en temps réel l’état de santé du soldat, lui fournira des informations cartographiques, stratégiques et le dotera de la capacité piloter des drones à distance. Malheureusement, cette blindage humain n’offre pas encore la possibilité de voler, comme le fait Iron Man, mais ça ne saurait tarder.

Le pouvoir de télékinésie de Jean Grey dans X-Men

Dans X-Men, les pouvoirs de télékinésie de la mutante Jean Grey lui permettent de déplacer des objets par la pensée. Dans la réalité, l’entreprise portugaise Tekever, avec son programme « Brain Flight », a créé un drone contrôlable par la pensée grâce à un casque EEG. Le pilote est ainsi capable de faire voler l’appareil grâce aux ondes cérébrales détectées par le casque EEG et traduites en commandes par un ordinateur. L’idée est de pouvoir utiliser cette technologie aussi bien pour des missions militaires plutôt dangereuses que pour des vols commerciaux et d’étendre son utilité au contrôle d’exosquelettes pour permettre par exemple aux handicapés de retrouver l’usage de leurs jambes.

 

Si tous ces objets vous mettent d’ores et déjà l’eau à la bouche, sachez que d’autres prouesses technologiques verront le jour dans les prochaines années comme par exemple une cape d’invisibilité à la Harry Potter développée par l’université de Keio au Japon ou encore une moto volante Star Wars développée par Aerofex. Et vous, quelle est l’invention géniale sortie tout droit de l’univers SF qui vous fait rêver ?

 

Par Fasteas Spirit

Ils n’existent pas encore, ou seulement sur les plateformes de financement collaboratifs en ligne. Mais les stars connectés de demain nous séduisent déjà ! Suivez le guide…

De haut vol

Pas besoin d’un drone pour prendre des prises de vues aériennes avec sa caméra GoPro ! En s’inspirant des missiles dont les enfants se servent pour jouer sur les plages, les concepteurs hollandais de AER ont imaginé une mini fusée dans la tête de laquelle enchâsser la caméra, à l’abri des chocs. Le tout est en polypropylène expansé, pour résister aux impacts, comme certains drone

 

Airblock, le drone modulaire

Et si au lieu d’un simple drone, vous pouviez  aire ce que vous voulez ? Assemblez les modules pour réaliser la machine volante, roulante ou flottante de votre choix, drone ou hovercraft. Commandé via smartphone, sa portée est de 10 mètres et son autonomie d’environ 6 minutes.

Du bien-être avec Aromacare

Et si l’aromathérapie était à la portée de tous ? Une start-up aixoise a imaginé ce diffuseur connecté d’huiles essentielles fonctionnant avec des capsules prêtes à l’emploi, pilotable par smartphone. Insérer la capsule de votre choix, au mélange composé d’huiles essentielles bio 100% naturelles, pour profiter de l’un des six programmes bien-être et santé. Une capsule peut être utilisée pour dix séances de 20 minutes d’aromathérapie.

 

Jet Pack

Qui n’a jamais rêvé de posséder un propulseur digne des chasseurs de prime de Star Wars ? Non content de pouvoir servir de propulseur à eau, cet engin hyper léger (2,5 kg, batterie comprise), proposé pat Bixpypeut aussi vous servir à propulser un kayak ou à nager aussi vite qu’un dauphin (ou presque) jusqu’à 30 mètres de profondeur.

Glisse électrique

Amateur de skate, mais beaucoup moins d’efforts excessifs ? Cette planche électrique Elwing gérée via une petite télécommande se glisse dans le trafic, et surtout monte les côtes à une vitesse maximale de 28 km/h. Comptez entre 45 à 90 minutes de temps de rechargement, pour une autonomie estimée à 11 à 16 kilomètres.

Assistant matinal

Pourquoi se contenter d’un simple réveil lorsque l’on peut disposer d’une véritable intelligence artificielle sur sa table de chevet ? Votre assistant matinal de réveil, baptisé Bonjour et fabriqué par Holî, va vous parler, vous éveiller en toute tranquillité tout en mémorisant vos routines.

 

Sommeil profond

On se croirait dans un film de science-fiction, éveillé d’un sommeil cryogénique à des millions de kilomètres dans l’espace. Ce bandeau connecté iBand+ veille sur votre sommeil, suit votre rythme cardiaque, vos mouvements et votre température, pour vous aider à mieux dormir.

 

Sécurité routière

Et si au lieu d’asseoir un enfant sur un réhausseur en voiture, on faisait l’inverse ? Faciles à emporter, ces petits éléments de serrage fabriqués par Mifold abaissent les ceintures pour les faire correspondre à la taille de n’importe quel enfant âgé de 4 à 12 ans.

 

En batterie

Qui dit panoplie nomade connectée dit aussi grands besoins de les recharger toujours et partout. Avec son incroyable capacité de 48 000 MAh, cette batterie nomade de la marque Plug et dotée de celules Tesla et rechargeable par énergie solaire est prête pour la grande aventure, loin des prises de courant.

 

Post smartphone

Des anciens de chez Samsung ont imaginé Sgnl, un bracelet connecté transmettant le son via la conduction osseuse : il suffit de poser le doigt près de son oreille pour téléphoner, et de répondre via son micro intégré.

 

Protection rapprochée

Ce cube étrange connecté en Bluetooth et qui se prénomme Smart Cube est en fait un cadenas connecté à même de veiller sur vos biens où qu’ils se trouvent, dans un tiroir comme sur une étagère, à la maison comme au bureau.

 

Et je monte le son

Dopez votre prise jack, avec Xpump, un système transformant n’importe quelle source stéréo en audio home cinéma, via un algorithme de traitement du signal audio rendant le son immersif en temps réel, quelle que soit la source.

Par Fasteas Spirit